REPORTAGES



LE CENTRE EUROPÉEN D'ESSAIS FERROVIAIRES

Du 3 octobre au 2 décembre 2013, va se dérouler la concertation publique sur le projet de Centre Européen d’Essais Ferroviaires (CEEF) dont l’implantation est envisagée en Sambre-Avesnois, dans la région Nord-Pas de Calais.

QU’EST-CE LE CEEF ? :
Ce centre, unique en Europe, a pour ambition de concentrer sur un même lieu des activités de recherches et d'essais dédiées à l'innovation en matière d'infrastructures ferroviaires et de formation. Les études techniques engagées depuis 2010 par Réseau Ferré de France (RFF), et financées dans le cadre du contrat de projets Etat-Région, permettent aujourd’hui de préciser les caractéristiques essentielles du projet.

Il comprendra :
2 anneaux ferroviaires :

  • l’un de 5,9 km, permettant de mener des essais dédiés à l’infrastructure ferroviaire classique et permettant la circulation des trains à 120 km/h sur son intégralité.
  • l’autre de 1,5 km, dédié aux infrastructures ferroviaires urbaines de type tramway.

des équipements et bâtiments nécessaires au fonctionnement du centre :

  • des bâtiments dédiés aux fonctions d’exploitation et de maintenance du centre,
  • un raccordement ferroviaire au Réseau Ferré National (RFN),
  • des voiries d’accès et de desserte routière, 
  • des équipements et dispositifs de sécurisation du site,
  • un tunnel de test électromagnétique,
  • trois aires de tests en vue d'essais sur des ponts,
  • une infrastructure télécom et un réseau de fibre optique assurant la mise en sécurité des intervenants et de l’exploitation et permettant également la communication entre personnes,
  • une sous-station électrique afin d'assurer l'alimentation électrique du centre,
  • une réserve foncière pour un manège de fatigue.

Avec ce projet, la filiale ferroviaire française et européenne disposera d’un équipement technologique capable de reproduire de manière accélérée les phénomènes d’usure des rails et autres appareils et composants de voies (aiguillages, caténaires, alimentation électrique, traverses, dalle béton, etc.). Exemple : un train circulant à 120 km, 16 heures par jour, 7 jours sur 7, pendant 8 mois permettra de simuler une usure de 25 ans d’exploitation en service normal.
Les moyens mis à disposition par le centre pourront également permettre d’accélérer les processus d’homologations de nouveaux matériels et de nouvelles techniques ferroviaires, et être aussi un outil innovant pour la formation professionnelle des métiers du rail.

SON IMPLANTATION

C’est dans le Nord - Pas de Calais, première région ferroviaire de France, et plus exactement sur le territoire de la Sambre-Avesnois, qu’est envisagée l’implantation du CEEF. Huit communes sont concernées par les différents tracés proposés : St-Rémy-du-Nord, Aulnoye-Aymeries, Bachant, Limont-Fontaine, Ecuélin, Leval, St-Rémy-Chaussée et Monceau-Saint-Waast.
Le paysage étant un élément important du territoire de la Sambre-Avesnois, les critères environnementaux et écologiques ont été pris en compte dans le choix de l’implantation. Outre les travaux de construction du centre, l’attention a particulièrement été portée sur les travaux à apporter afin de préserver le cadre de vie. Des études ont déjà été effectuées pour répondre et limiter au maximum les impacts inhérents à une telle installation :

  • le cadre de vie et le paysage (s’éloigner le plus possible des zones bâties),
  • la ressource en eau (protection des eaux superficielles et souterraines, prévisions des milieux aquatiques et des populations, etc.), 
  • les enjeux écologiques (impacts potentiels sur la flore, la faune, les habitats naturels, etc.),
  • les nuisances sonores (écran acoustique, merlon, etc.),
  • les enjeux fonciers et agricoles (éviter le morcellement agricole),
  • les enjeux urbains (reconstitution du réseau des liaisons routières),
  • la préservation du patrimoine.

MISE EN ŒUVRE DU PROJET
La mise en œuvre de ce projet a un préalable, à savoir une Concertation Publique. Organisée par Réseau Ferré de France, cette Concertation Publique se déroulera sous le contrôle d’une personnalité indépendante, garante de la qualité de la concertation sur le projet. Sept réunions publiques sont prévues pour écouter, expliquer et répondre aux préoccupations et questions que le public peut se poser sur un tel projet, car comme le dit Lucette Vanlaecke (Directeur régional de RFF Nord - Pas de Calais, Picardie) : « Le CEEF est un outil viable économiquement mais il doit être acceptable socialement et sociétalement ».
Les réunions de concertation auront lieu à Maubeuge le 10 octobre, Haumont le 11 octobre, Bachant* le 17 octobre, Aulnoye-Aymeries** le 6 novembre, Saint-Rémy-Chaussée*** le 7 novembre, Monceau-Saint-Waast le 20 novembre et Avesnes-sur-Helpe le 27 novembre. Mais comme l'explique, Michel Gaillard (Garant de la concertation nommé par la Commission Nationale du Débat Public) : « Un débat public n'est pas un référendum » auquel il s'empresse d'ajouter « Tout n'est pas joué, tout reste à faire ».
Ce n'est qu'à l'issue de ces réunions de concertation publique, que les études d'avant projet et enquêtes publiques préalables à la déclaration d'utilité publique devraient être lancées. Si acceptation du projet, les travaux pourraient commencer en 2016 pour une mise en service du Centre en 2018.
Plus d'informations sur le site du projet en cliquant sur ce lien.
Thèmes particulièrement abordés : * environnement, ** développement économique, *** foncier.
Source : RFF.

Philippe BRUYELLE  (07/10/2013)
©   


  © Philbru Production