REPORTAGES



TRAVAUX DE NUIT SUR LA LGV NORD EUROPE

Mise en service le 1er juin 1993, la LGV Nord commence à subir l’usure du temps. Le passage quotidien de 200 trains (TGV, Thalys, Eurostar) qui circulent à 300 km/h de Paris à Lille pour ensuite desservir Londres (via le Tunnel sous la Manche), Bruxelles et Amsterdam, commence à dégrader la ligne d’où la programmation, par Réseau Ferré de France en collaboration avec la SNCF, d’un vaste chantier de rénovation et de modernisation de la ligne (remplacement du ballast, des rails, etc.) qui s’étalera de 2015 à 2021 au rythme de 30 à 40 km par an, pour un budget annuel d’environ 40 millions €.
Depuis 2012, pour maintenir la sécurité et assurer la régularité des circulations, une première série de travaux a été engagée pour remplacer les appareils de dilatation situés aux abords des ponts et ouvrages d’art. Ces appareils, qui permettent au rail de s’adapter aux variations de température, sont constitués d’aiguilles et de contre-aiguilles taillées en biseau et maintenu par des coussinets de glissement permettant un déplacement en longueur. Fortement sollicités par les circulations à grande vitesse des TGV*, ce sont des éléments fragiles de la voie. Les travaux de remplacement des 36 appareils installés sur la LGV Nord, engagés depuis 2011 se poursuivront jusqu’en 2015.
* un TGV pèse 450 tonnes environ.



Chaque chantier est une véritable course contre la montre, car il n’est pas question d’interrompre le trafic. Les travaux s’effectuent donc de nuit (voir la vidéo ci-dessus sur le changement des appareils situés sur le viaduc de la Haute Deûle dans le Pas-de-Calais), la voie mise à disposition à partir de 23h30 (après le passage du dernier convoi et la fin des procédures de mise en sécurité du chantier) devant être rendue au service commercial dès le lendemain matin 06h00. Aucune minute n’est perdue et les actions (découpe des rails, dépose des anciens appareils de dilatation, travaux de terrassement avec mise en place d’une nouvelle sous-couche de ballast, pose des nouveaux appareils, raccordement au réseau, mise à niveau du ballast et bourrage) s’enchainent sans heurt comme dans un ballet admirablement réglé et répété. Le raccordement définitif des appareils de dilation se fera, sous 48 heures, par soudure « aluminothermique ».
Durant la période des travaux, les trains étant ralentis à 80 km lors de la traversée de la zone de chantier, un retard de 5 minutes est programmé sur le parcours entre Paris et Lille. La remontée en vitesse normale se fera progressivement une fois les travaux terminés. Source : RFF.

Philippe BRUYELLE (30/10/2013)
©



  © Philbru Production