LORSQUE LE JOUET DEVIENT OBJET DE COLLECTION        À OIGNIES

En organisant son Festival annuel sur le thème du TRAIN JOUET, le CMCF a joué avec la nostalgie des plus anciens et suscité bien des rêves chez les plus jeunes.
Au tout début, le train jouet se définissait comme étant une interprétation grossière d’un train réel. Avec le développement dans la seconde partie du XIXème siècle et au début du XXème siècle, le jouet ferroviaire connaît un essor florissant. Vendu dans les bazars et boutiques de jouets de l’époque, ces trains de fantaisie malgré leurs mécanique et technique modestes et leurs couleurs chatoyantes très éloignées des modèles réels sensés inspirés, font le plaisir et la joie des enfants et... la tranquillité des parents.
Aujourd’hui, ces petits trains de distractions au charme suranné et désuet, sont tellement recherchés par les collectionneurs passionnés, qu’ils font le bonheur des antiquaires, car devenus très chers.
En réunissant ces pièces rares dont une grande partie provient de collections personnelles des membres du club et des collections amicalement prêtées par le Musée de la Poupée et du Jouet ancien de Wambrechies et de La Ferme des Orgues de Steenwerck, le CMCF a ravi et émerveillé les très nombreux spectateurs venus participer à cette fête du train qui ont également pu admirer les maquettes de René et Jacqueline Gardyn (alias Madame Z), du Ronchin Model Club, les réseaux de l'AMFI (Amicale des Modélistes Ferroviaires Indépendants) et de l’Association Les Modélistes Châlonnais, sans oublier le club de Coudekerque-Branche, le stand de la FFMF (Fédération Française de Modélisme Ferroviaire), l'APSFI (Association des Passionnés de Simulation Ferroviaire par Informatique), le Cercle du Zéro et les créations du CMCF avec ses réseaux miniatures permanents à toutes échelles (Z, N américain, TT, HO américain et grand réseau, 0, 1, IIm LGB, digital, etc.), son simulateur de conduite et autres très belles collections statiques.





Mais le CMCF, ce n’est pas seulement le monde du modélisme ferroviaire, car en extérieur, les spectateurs avaient le loisir de voir les choses en plus grand et de partir en balade sur les réseaux de train de jardin en 5’’ et 7 ¼‘’ avec des trains tractés par des machines à vapeur et électriques.
Le train réel n’était bien sûr pas oublié avec la visite de l’atelier de restauration de la Super Pacific 231.C.78 (la locomotive de l’Entente Cordiale), les wagons postaux de l’ACAPF (Association pour la Conservation d’Ambulants Postaux Ferroviaires), et une immersion dans le monde de la mine avec la visite des galeries animées semi-souterraines à bord d’un petit train qui jadis emportait les mineurs au fond des galeries. L'A.A.A.T.V Villeneuve d'Ascq (La Halle aux Trains), l’AMITRAM, Nord Cartophilie et une exposition sur le Titanic, présentée par Sébastien Wlomainck, étaient également de la partie.
Avec ce thème du TRAIN JOUET, le CMCF a organisé une exposition qui, au cours de ces deux journées, a marqué les esprits des 3.200 visiteurs, et ravivé les souvenirs d’enfance de certains. Un bon moment que l’on n’est pas près d’oublier.
CMCF. Centre de la Mine et du Chemin de Fer. Musée vivant du Chemin de Fer sur fond d’épopée minière. Centre Denis Papin. Rue Émile Zola à OIGNIES (62). Site Web.

Philippe BRUYELLE (31/08/2015)
©



   © Philbru Production