JOURNÉE RÉGIONALE DE SÉCURITÉ ROUTIÈRE
AUX PASSAGES À NIVEAU DE BIACHE-SAINT-VAAST (62)


UN PASSAGE À NIVEAU N’EST PAS UN CARREFOUR ORDINAIRE

En juin dernier, en collaboration avec la Sécurité routière, SNCF Réseau organisait la 8ème Journée nationale de sécurité routière aux passages à niveau pour sensibiliser automobilistes, cyclistes et piétons des risques encourus lors d’un franchissement d’une voie ferrée aux mépris des règles de sécurité.



Malgré la forte diffusion de cette campagne d’information et de prévention largement relayée par les médias nationaux, il semble que certains automobilistes n’aient pas encore compris qu’un passage à niveau est dangereux si l’on ne respecte pas le code de la route lors de son franchissement.
Une vidéo, diffusée sur internet, a dernièrement fait le buzz sur les réseaux sociaux. On y voit de nombreux automobilistes franchir un des deux passages à niveau de la ville de Biache-Saint-Vaast, dans le Pas de Calais, alors que les barrières sont baissées et que le feu rouge clignotant est en action. Fort heureusement, aucun accident ne fut à déplorer, mais ces images ont fortement marqué les esprits surtout que quelques semaines plus tard, au même endroit, une collision entre une voiture et un train, a fait un blessé grave.
Cette actualité dramatique ayant rappelé, de façon aiguë, le comportement irresponsable de certains automobilistes, SNCF Réseau, avec le concours de la Sécurité routière, de la Gendarmerie et de la municipalité de Biache-Saint-Vaast, a organisé le 3 novembre une opération régionale de prévention et de sensibilisation à la sécurité routière au passage à niveau avec distribution de dépliant rappelant les différentes règles à respecter avant de franchir une voie ferrée, que l’on soit piéton, cycliste ou automobiliste. Une piqure de rappel des règles à respecter sachant que 98% des accidents en lien avec un passage à niveau sont dus à des comportements des usagers de la route et contrairement aux idées reçues, la majorité des accidents concerne les trajets habituels et touche souvent les personnes résidents à proximité.



CENT COLLISIONS EN 2014

Chaque jour, les 15.000 passages à niveau présents sur les 30.000 km du réseau ferré national, sont traversés par 16 millions de véhicules. Pour assurer la fluidité du trafic ferroviaire, près de 450.000 fermetures des PN sont nécessaires. Un passage à niveau se ferme entre 25 à 40 secondes avant le passage du train et son temps de fermeture n’excède pas quelques minutes. En moyenne, le temps d’attente d’un usager est estimé à 45 secondes.
Il faut 1 kilomètre à un train de 1.500 tonnes lancé à 100 km/h pour s’arrêter alors qu’une voiture met 80 mètres. Il lui est donc impossible de stopper lorsqu’il voit un obstacle, surtout que certains convois peuvent rouler jusqu’à la vitesse de 160 km/h, même en ville. A ces vitesses, une collision entre un train et une voiture est mortelle pour l’automobiliste une fois sur deux. En comparaison, 5 % des accidents de la route sont mortels.
En 2014, SNCF Réseau a dénombré 100 collisions, 25 personnes ont trouvé la mort dont 11 piétons et 4 cyclistes. C’est deux fois moins qu’il y a dix ans, mais toujours trop.
Enfin, les « trompe-la-mort » qui risquent leur vie mais aussi celle des autres, en ne respectant pas les règles de sécurité, sachez qu’ils encourent une amende forfaitaire jusqu’à 3.750 €, un retrait de 6 points sur le permis de conduire, et d’autres condamnations pouvant aller jusqu’à trois ans de prison.

Philippe BRUYELLE (16/11/2015)
©



   © Philbru Production