LES PRINCIPAUX ACTEURS

(ordre chronologique par date de naissance)



HÉRON D'ALEXANDRIE (ou Héron l'Ancien)  (Mathématicien et ingénieur grec. 1er siècle après J-C. ) - Il inventa l'Eolipyle, certainement  le premier engin à vapeur connu à ce jour.

Denis PAPIN  (Physicien, mathématicien français. 1647-1714) - Après avoir travaillé avec le néerlandais Christian HUYGENS (1629-1695) et l'irlandais Robert BOYLE (1627-1691), il inventa, une machine à faire le vide, un fusil à air comprimé,  le « digesteur » (sorte d'autoclave ou cocotte minute) et surtout découvrit l'élasticité de la vapeur qui lui permit de fabriquer la première machine à vapeur à piston en 1690.

Thomas SAVERY  (Mécanicien britannique. 1650-1715) - Il inventa, entre autres, une pompe à eau, fonctionnant avec une chaudière produisant de la vapeur.

Thomas NEWCOMEN  (Mécanicien et inventeur britannique. 1663-1729) - Il conçut la première machine à vapeur à balancier.

James WATT (Mathématicien et ingénieur britannique. 1736-1819) - Les améliorations qu'il apporta à la machine à vapeur eurent pour effets de la rendre plus fiable, plus efficace et plus économique. Son partenariat avec l'industriel Matthew BOULTON (1728-1809), qui fabriqua sa machine, fut l'un des plus importants de la révolution industrielle.

William JESSOP (Ingénieur britannique. 1745-1814) - Plus connu pour ses travaux de  construction des canaux et ports, il s'intéresse aussi au rail. En 1801 il débute la construction d'une ligne de chemin de fer avec traction animalière (cheval) entre Croydon et la tamise à Wandsworth. Elle sera opérationnelle le 26 juillet 1803. Et surtout,  invente et fabrique, dans son usine (La Butterley Iron Works) qu'il fonde avec ses associés Benjamin OUTRAM, Francis BERESFORD et John WRIGHT, le rail en sailli avec rebords.

William MURDOCH  (Ingénieur et inventeur britannique. 1754-1839) - Reconnu comme étant le premier à mettre en pratique l'éclairage au gaz à partir du charbon, il est aussi, en 1874, le premier, en Grande-Bretagne, à construire et tester sur une route de campagne, une "voiture" à vapeur.

Richard TREVITHICK  (Inventeur et ingénieur britannique. 1771-1833) - En 1804 il construit une locomotive à vapeur pour les mines de Pen y Darren et est reconnu comme l'inventeur de la locomotive à vapeur.  Malheureusement sa machine, trop lourde, ne fera que trois voyages. Sa deuxième réalisation sur rail, la « Catch me who can » (M'attrape qui peut !) sera une attraction Londonienne qui fonctionnera, comme un manège, sur un réseau circulaire.  Aucun investisseur n'étant intéressé par ses machines, TREVITHICK part au Pérou comme ingénieur puis revient en Angleterre, où, malgré son génie, il finira dans la misère. 

George STEPHENSON  (Ingénieur et inventeur britannique. 1781-1848) - Il inventa plusieurs locomotives dont « The Rocket », qui participa au concours de Rainhill. Avec son fils Robert, il contruisit la première fabrique de locomotives et fut également l'ingénieur qui réalisa la première voie ferroviaire commerciale pour train à vapeur « Mancherster Liverpool ». Il est considéré comme le véritable inventeur du trafic ferroviaire moderne.

William HEDLEY  (Ingénieur britannique. 1779-1843) - Il démontra la possibilité d'utiliser l'adhérence par simple frottement pour la traction des trains et construisit la première locomotive fondée sur ce principe, la « Puffing Billy » en 1813.

John BLENKINSOP  (Ingénieur britannique. 1783-1831) - Il construisit à partir de 1811 les premières locomotives qui aient effectué un service régulier dans les mines de houille. L'adhérence simple étant alors considérée comme insuffisante, il utilisa une voie ferrée à crémaillère. 

Marc SEGUIN  (Ingénieur français. 1786-1875) - Il est surtout connu pour son invention de la chaudière tubulaire à tubes de fumée (1827), qu'il adapta sur les locomotives à vapeur, permettant ainsi d'accroître leur vitesse. Petit neveu de Joseph de Montgolfier, il sera,  en association avec ses frères Camille, Jules, Paul et Charles, à l'origine de nombreuses compagnies et grands projets dont des ponts suspendus.  Il est aussi l'un des artisans du développement des lignes de chemin de fer en France, notamment de la première ligne française St Etienne-Andrézieux puis Lyon et de la ligne Paris-Versailles rive gauche.

Charles PEARSON (Homme de Loi britannique. 1793-1862) -  Il eut l'idée audacieuse de créer une ligne de chemin de fer souterraine pour désengorger la ville de Londres de ses voitures à chevaux. Les premières rames étaient tractées par des voitures à vapeur.

Robert STEPHENSON  (Ingénieur britannique. 1803-1859) - Il est à l'origine, avec son père George et Edward PEASE, de la création de la première fabrique de locomotives à vapeur à Newcastle. C'est également lui qui inscrira   « The Rocket » (La Fusée), la locomotive qui participera et gagnera le concours de Rainhill.

Jean-François CAIL (Ingénieur mécanicien et industriel français. 1804-1871)) - Installée à Chaillot, sa société construisit des locomotives à partir de 1844 dont les célèbres locomotives de vitesse Crampton, qui plus tard furent surnommées les TGV du XIXe siècle, car elles roulaient à 120 km/h, dès 1862. Elle fusionna avec la société Fives-Lille en 1958 .

Robert DAVIDSON  (Chimiste et inventeur britannique. 1804-1894) - Il est considéré comme le père de la locomotive électrique après qu'il eut fait fonctionner, en septembre 1842 sur la ligne Edinbourg-Glasgow, une locomotive de son invention, du nom de « Galvany », alimentée par des piles zinc-acide.

 William BUDDICOM  (Ingénieur et entrepreneur britannique. 1816-1887) - Il ouvrit des ateliers de construction à Sotteville-lès-Rouen. Il choisit d’y produire des « Buddicom » dont la célèbre "Saint Pierre", les locomotives les plus robustes et les plus fiables de l’époque. Il fit également construire la ligne de Chemin de Fer de Paris à Rouen.

Thomas CRAMPTON  (Ingénieur britannique. 1816-1888) - Construites pour la vitesse, ses locomotives eurent beaucoup plus de succès en France, en Allemagne et en Italie que dans son pays d'origine, le Royaume-Uni. Un exemplaire d'une de ses machines, la n° 80 baptisée « Le Continent », et fabriquée en 1852, est visible au Musée des chemins de fer, Cité du train de Mulhouse.

Auguste ANJUBAULT  (Constructeur mécanicien français. 1820-1868) - Il crée au début de l'année 1855 une société de mécanique et construction de machines à vapeur, principalement des locomotives à vapeur. A sa mort, la société sera reprise par Lucien CORPET.

Egide WALSCHAERTS (Ingénieur belge. 1820-1901) - Il invente le système de distribution de la vapeur qui devait porter le nom de « coulisse Walschaerts ». Ce perfectionnement, qui est toujours d’application, résolvait, de manière relativement simple, un problème ardu de mécanique qui préoccupait les chercheurs de l’époque. Il contribua, jusqu’à la fin de sa carrière, à la réalisation de la plupart des perfectionnements apportés au matériel de traction ferroviaire belge. On lui doit notamment: le modérateur à mouvement différentiel, un frein à patins s’appuyant sur les rails, les machines à marchandises fortes rampes de 1862.

George Mortimer PULLMAN  (Inventeur et industriel américain. 1831-1897) - Il est particulièrement connu pour ses trains de grand luxe et notamment l'invention de la voiture-lits dites « Pullman ». La première voiture-lits est présentée en 1864. Suivent ensuite, en 1867, le « Président », un véritable hôtel sur roues puis, en 1868, le  « Delmonico » premier wagon-lits consacré à la cuisine raffinée. À bord de ces trains, le service est de premier ordre et à l'identique de celui pratiqué dans un Grand Palace.

Anatole MALLET (Ingénieur franco-suisse. 1837-1919) - Il est l'inventeur du brevet de la locomotive compound à 4 cylindres articulée en deux trains moteurs. Malgré son efficacité, le système articulé Mallet sera souvent réservé au matériel à voie étroite en Europe, alors qu'il donnera naissance aux plus grosses locomotives construites aux U.S.A.

Georges NAGELMACKERS  (Industriel belge (1845-1905) - Inspiré par les trains de nuit de la Société Pullman qu'il avait observé aux États-Unis, il crée, en 1876, la Compagnie Internationale des Wagons-Lits (CIWL), puis l'Orient-Express et le Transsibérien.

Lucien CORPET (Ingénieur mécanicien constructeur français. 1846-1889) - En opposition avec le foisonnement de machines lourdes, puissantes et rapides caractérisant la production qui définit les grands constructeurs, il poursuit l'orientation donnée par Auguste ANJUBAULT en produisant des petites 020T de chantiers et des machines plus importantes de type 030T, le tout étant plutôt de conception simple et robuste. A sa mort, sa veuve, Fanny CORPET, prend la direction de l'entreprise associée avec son gendre Lucien LOUVET, ingénieur des chemins de fer. La société prendra le nom de CORPET-LOUVET.

George WESTINGHOUSE  (Ingénieur et entrepreneur américain. 1846-1914) - Son système de frein pneumatique fait de lui un homme riche et reconnu. Il développe ensuite un nouveau système de signalisation et d'aiguillage en utilisant l'électricité et l'air comprimé ainsi que des systèmes d'attelage.

Fulgence BIENVENÜE  (Ingénieur français. 1852-1936) - En 1895, il prépare avec Edmond HUET un avant-projet de métropolitain à Paris en s'inspirant des études de Jean-Baptiste BERLIER auteur d'un projet de « tramway souterrain ». Il présente un projet définitif que le conseil municipal adopte le 9 juillet 1897. Le projet est déclaré d'utilité publique par une loi votée le 30 mars 1898. Les travaux sont lancés le 4 octobre suivant afin d'être prêts avant l'Exposition universelle de 1900.

Rudolf DIESEL  (Ingénieur allemand; 1858-1913) - Il est l'inventeur du moteur à combustion interne qui porte son nom, moteur conçu, non pas pour tourner avec du gazole, mais pour fonctionner avec des huiles végétales. D'ailleurs, Diesel nomma initialement ce moteur, le « moteur à l'huile ». Le faible coût du combustible de ce moteur le rendit économiquement intéressant pour le transport ferroviaire et  la propulsion navale.

Nigel GRESLEY (Ingénieur vaporiste britannique. 1876-1941) - Il fut le concepteur de nombreuses locomotives anglaises célèbres dont les fameuses Pacific Classe A4 dont l'une d'elles, la Mallard 4468, battit le record mondial de vitesse de locomotive à vapeur en 1938.  Il fut également Ingénieur en chef de la compagnie du London and North Eastern Railway (LNER).

André CHAPELON (Ingénieur mécanicien français. 1892-1978) - Entre les mains de cet ingénieur, peut-être le plus grand architecte de machines locomotives à vapeur, la machine de chemin de fer à vapeur atteignit son plus haut sommet de puissance et de rendement, au moment même où elle se voyait supplantée par d'autres formes de puissance motrice. Néanmoins, la vapeur moderne reste encore une forme compétitive de traction ferroviaire et, dans de nombreux pays, les méthodes et découvertes d'André Chapelon sont encore à l'honneur.



Haut de page 

© Philbru Production